Quelle fierté !

Grâce à une de ses campagnes marketing, « wee » se qualifie pour ce prix spécialisé d’envergure mondiale

Notre projet « weeIsland inspires gold digger mood » a réussi à se faire une place parmi les dix finalistes du prestigieux et très sélectif prix « The Loyalty Magazine Awards 2019 » dans la catégorie « Best Loyalty Marketing Campaign of the Year ». La concurrence était particulièrement féroce, avec des campagnes extrêmement originales et efficaces de Renault, Lidl Irlande, Accor Hotels, air miles… Le nom de l’heureux gagnant sera annoncé le 18 juin dans le pavillon de la Tour de Londres à l’occasion d’une soirée de gala.

chers amis, partenaires et distributeurs,
chers exploitants de boutiques en ligne hébergées par wee.com, chers futurs partenaires commerciaux et chers utilisateurs potentiels et actifs de notre weeCard et de notre weeApp,

J’ai eu l’honneur d’être nommé entrepreneur de l’année à Munich, ce qui constitue pour nous le franchissement d’une étape importante. Et, pour être franc, j’en ai été le premier surpris ! J’en suis donc d’autant plus ravi… Et vous aussi êtes certainement heureux pour moi, pour « wee, pour la validation de notre stratégie, pour la réalisation réussie de notre vision commune.

Que s’est-il passé exactement ? Imaginez-vous que vous êtes au milieu d’une réunion quand un collègue vous annonce sans crier gare : « Bonjour, je viens de recevoir un e-mail de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences. Nous avons été nominés dans la catégorie « Meilleur film » aux Oscars ! ». C’est exactement ce qui s’est produit vendredi dernier en présence de 100 témoins ravis et de partenaires de distribution venus de toute l’Europe pendant notre réunion des directeurs au 32e étage de la Highlight Tower, dans le quartier de Parkstadt à Munich. Notre gourou des programmes de fidélité, Jan Boluminski, était excité comme une puce lorsqu’il nous a rapporté cette excellente nouvelle. Au début, je ne comprenais rien du tout et il a fallu qu’il m’explique tout depuis le début pour qu’enfin, après un long « ouf » de soulagement, tout s’illumine dans mon esprit !

100 mètres au-dessus des toits du quartier munichois de Schwabing, Jan Boluminski a annoncé aux partenaires de distribution la nomination de la campagne « wee Love München » pour le prix Loyalty Magazine Awards.

Pourquoi souris-je pour la énième fois en repensant à mes conversations parfois houleuses avec notre service de contrôle, qui m’a assailli de questions l’été dernier sur le budget de notre campagne « wee love München » ? « C’est comme ça pour une entreprise cotée en bourse », m’avaient dit en souriant ces Suisses « grippe-sous », « nous devons justifier chaque centime. » Mais pourquoi avons-nous besoin de 50 000 sucettes à la framboise et d’un nombre encore plus important de ballons en forme de cœur ? La moitié ne suffirait-elle pas ? Avons-nous reçu trois offres différentes ? Qui a eu l’idée saugrenue d’enfouir des lingots d’or et des weeCards chargées de bons d’achat d’une valeur totale de 100 000 euros dans une montagne de sable spécial pesant 2500 tonnes pour stimuler la consommation dans les commerces de détail de Munich ? Ne s’agit-il pas là d’un jeu de hasard pour lequel une autorisation est obligatoire ? Comme pousserons-nous la population munichoise à participer massivement à cet événement au parc olympique et à tomber sous son charme ? Un événement de quatre semaines, qui doit concurrencer non seulement la Coupe du monde de football, mais également un bon millier de manifestations chaque jour, des concerts de Helene Fischer et Andreas Gabalier à une agréable fête de la bière en plein air ? »

Après nos téléconférences nocturnes, j’ai souvent maudit notre responsable de la communication, Tilmann Meuser, qui a eu l’idée de « wee Love München » et qui, avec son équipe de CP/CONSULT et une présentation de 200 pages, m’avait poussé au bout de mes limites en décembre 2017 ! Jusqu’à aujourd’hui, je ne suis pas sûr à 100 % qu’il ait parfaitement compris la complexité et les liens existant entre l’organisation d’événements, les activités de vente, les relations publiques, la publicité classique, la communication avec les influenceurs et les réseaux sociaux ou encore les affaires publiques et les clips de présentation. Même s’il a toujours fait comme ça ! En ce qui me concerne, j’ai maintenant compris que tout s’est passé exactement comme il l’avait expliqué à la direction et à moi-même avec ses multiples tableaux difficilement compréhensibles et qui auraient pu être des œuvres d’art signées Joseph Beuys. « Burner de communication 360 degrés », « campagnes de canaux en réseau », « baked-in social impact », « catalyseur de réputation » sont autant d’expressions du jargon de la stratégie de communication qui restent pour moi aussi clairs que du chinois.

Notre stratège des campagnes avait raison sur toute la ligne, même s’il m’a parfois fait sortir de mes gonds. Lorsque je lui demandais « Au fait, pourquoi travaillons-nous avec deux stations de radio et pas une seule ? Ne pourrions-nous pas économiser ainsi 50 % du budget ? », il me répondait laconiquement par une citation du magnat de l’automobile Henry Ford, qui aurait dit : « La moitié de mon budget publicitaire va finir à la poubelle, mais je ne sais pas quelle moitié ! »

À la fin de cette campagne de communication intégrée et hors du commun – en tout, une cinquantaine de personnes spécialisées dans le marketing, les relations publiques, la vente, les affaires publiques, la technologie, les affaires juridiques et les affaires internes y ont participé activement –, nos objectifs étaient atteints.

Nous avons commencé pile à temps à franchir les méandres infernaux des différents processus d’autorisation.

  • Nous avons atteint une portée médiatique de plus de 20 millions de personnes – radio, télévision, presse écrite et en ligne – tandis que la documentation de la campagne couvre 400 pages.
  • 14 000 visiteurs se sont amusés sur weeIsland et près de 1200 chercheurs d’or ont creusé la montagne de sable spécial.
  • Le coup d’envoi pour les commerces de détail de Munich et les utilisateurs potentiels de la weeCard et de la weeApp a retenti jusque dans les Alpes.

Cette campagne s’est avérée un investissement judicieux pour conquérir le marché munichois ; en effet, jusqu’à aujourd’hui, environ 2400 commerces de détail stationnaires ont opté pour le programme de fidélité « wee » et sont devenus partenaires de cashback. Au cours des prochains mois, nous les intégrerons pleinement en plus de 2000 nouveaux commerces de détail, ce qui permettra en parallèle d’inciter 400 000 consommateurs à faire leurs achats chez ces partenaires de « wee ». Bien entendu, nous avons dû passer par toutes les étapes de l’apprentissage. Mais nous n’aurons pas à les refaire !

Et en parlant de surprise : Jan Boluminski, notre expert des programmes de fidélité qui a contribué à l’invention du payback, avait eu l’idée du dépôt et avait mis sur pied une excellente campagne publicitaire avec son équipe d’Envolved, avait convenu des détails avec nos spécialistes des relations publiques puis l’avait mise en ligne sans attendre… Le tout sans se concerter avec moi ! Ce n’était pas plus mal : quand on a la bonne intuition, il faut parfois agir sans trop réfléchir !

Comment notre responsable de la communication l’a-t-il exprimé déjà ? « Pendant que les savants se concertent, les plus rapides prennent d’assaut le château ! »

Maintenant, il n’y a plus qu’une chose à faire : croisons les doigts ! Amicalement,

Cengiz Ehliz, Founder wee


weelovemunich
Social Media:

1-slide
2-slide
3-slide
4-slide
5-slide
6-slide
7-slide
8-slide
9-slide
10-slide
11-slide
12-slide
1 Comment
  • Ludovic REY-ROBERT

    26. March 2019 at 12:43

    Encore une très belle étape accomplie par wee et ses équipes.

Post a Comment